> Glossaire
ACV (Analyse du Cycle de Vie)
Compilation et évaluation des entrants* et des sortants*, ainsi que des impacts potentiels environnementaux d'un système de produits* au cours de son cycle de vie. (*) Le terme « entrant » signifie matière ou énergie entrant dans un processus élémentaire*. Le terme « sortant » signifie matière ou énergie sortant d'un processus élémentaire*. Le terme « produit » est à entendre au sens large : il désigne un bien ou un service. (*) Les termes « processus élémentaire » signifient plus petite partie d'un système de produit pour lequel les données sont recueillies lors de l'analyse de cycle de vie. (Source: Norme ISO 14040)
Alvéole
Cellule fermée remplie d’air qui confère au polystyrène expansé sa structure rigide et ses propriétés de protection mécanique et isothermique. La taille des cellules peut varier entre 60 et 200 µm pour une épaisseur moyenne de 0,4 µm (fonction de la densité et de la taille des cellules).
Apport volontaire
voir Point d’apport volontaire
Cellule
voir Alvéole
Centre de tri
Installation industrielle permettant d’extraire les fractions valorisables des déchets et de les diriger ensuite vers les filières adéquates.
CET (Centre d’Enfouissement Technique)
voir Installation de stockage
Collecte
Ensemble des opérations consistant à enlever les déchets et à les acheminer vers un lieu de transfert, de tri, de traitement, de valorisation ou vers une décharge. (Source ADEME)
Collecte sélective
Ensemble des opérations consistant à enlever sélectivement les déchets préalablement triés pour les acheminer ensuite vers un lieu de tri, de traitement ou de valorisation.
Collectivité locale
Structure administrative française, distincte de l’administration de l’Etat, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. Sa définition et son organisation sont déterminées par la constitution (art. 34 et titre XII) et par les lois et décrets. (Source : La Documentation française)
Conditionneurs
Industriels en charge du mode de présentation et de mise en valeur des produits emballés.
Cycle de vie
Phases consécutives et liées d'un système de produits, de l'acquisition des matières premières ou de la génération des ressources naturelles à son élimination finale. (Source: Norme ISO 14040)
Décharge
voir Installation de stockage
Déchet
Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon. (Source : Loi du 15 juillet 1975 modifiée par la Loi du 13 juillet 1992 – Article 1er)
Déchet ultime
Déchet résultant ou non du traitement d’un déchet qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux. (Source : Loi du 15 juillet 1975 modifiée par la Loi du 13 juillet 1992 – Article 1er)
Déchèterie
Il existe deux types de déchèteries : - Les déchèteries d’entreprises : espace spécifiquement aménagé pour permettre le dépôt sélectif de déchets d’entreprise dans des conteneurs ou sur des zones distinctes en vue de valoriser, traiter ou stocker au mieux les matériaux qui les constituent. - Les déchèteries publiques : espace aménagé, gardienné, clôturé, où le public peut apporter ses déchets encombrants et éventuellement d’autres déchets triés en les répartissant dans des contenants distincts en vue de valoriser, traiter (ou stocker) au mieux les matériaux qui les constituent. Les déchèteries publiques sont des installations classées au titre de la protection de l’environnement dans la rubrique n° 2710 de la nomenclature. (Source ADEME)
Déchets d’emballage
Emballages, matériaux d’emballages, dont le détenteur final, qui sépare l’emballage du produit qu’il contenait, se défait (Définition conforme à la Directive Emballages 94/62/CE et à la Directive Déchets 75/442/CCE). Ceci n’inclut pas les déchets de fabrication d’emballages. Par emballage, on désigne toute forme de contenant ou de support destiné à contenir un produit, pour en faciliter le transport ou la présentation à la vente. (Décret n° 92-377 du 01/04/92) (Source ADEME)
Déchets d’Emballages Industriels et Commerciaux (D.E.I.C.)
Déchets résultant de l’abandon des emballages d’un produit à tous les stades de la fabrication ou de la commercialisation, autres que celui de la consommation ou de l’utilisation par les ménages. (Source : Décret n°94-609 du 13 juillet 1994 - art.1) On peut citer à titre d'exemples concrets de déchets d'emballage visés par ce décret : les caisses cartons, les caisses en bois, en plastiques, les cagettes, les fûts métalliques et plastiques, les palettes, les housses, les éléments de calage, etc. Ces emballages peuvent être abandonnés par des industries, commerces, exploitations agricoles, sociétés de service, établissements publics, la grande ou moyenne distribution, le petit commerce... (Source : Circulaire n°95-49 du 13 avril 1995).
Déchets des entreprises
Tous les déchets qui ne sont pas déchets ménagers. Ceci inclut notamment les déchets provenant des entreprises industrielles, des artisans, commerçants, écoles, services publics, hôpitaux, services tertiaires et les déchets produits par les particuliers hors de leur domicile. (Source ADEME)
Déchets Industriels Banals (DIB)
Déchets assimilables aux ordures ménagères. Ils sont produits par les activités telles que le commerce, l'artisanat, les services ou l'industrie ainsi que les établissements collectifs (éducatifs, sportifs, hospitaliers…). Ils ne présentent pas de caractère toxique ou dangereux. Leur manutention et leur stockage ne nécessitent pas de précaution particulière. Ce sont des emballages non souillés (caisses, palettes, cartons, films plastiques, etc…), des loupés ou rebuts de fabrication, des invendus, des déchets de cantines, etc. Les matériaux qui les composent sont le papier, le carton, le plastique, le bois, les métaux, le verre, les matériaux composites, les matières animales ou végétales… Les DIB suivent souvent les mêmes filières de traitement que celles-ci : mais contrairement aux déchets ménagers, ils sont en général produits en grande quantité et leur production est assez homogène. (Source ADEME)
Déchets ménagers
Déchet provenant de l’activité domestique quotidienne des particuliers à leur domicile. Ne sont pas des déchets ménagers : - les déchets qui proviennent d’une activité professionnelle, même s’ils sont produits au domicile d’un particulier ; - les déchets produits par les particuliers hors de leur domicile. La quantité de déchets ménagers est en moyenne de 465 kg/an/habitant.
Déchets ménagers et assimilés
Déchets incluant les ordures ménagères et produits issus de la collecte sélective, les déchets encombrants des ménages, les déchets industriels banals et commerciaux ou artisanaux non nécessairement concernés par les seuls circuits de la collecte des ordures ménagères. (Source Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable)
Déchets municipaux
Ensemble de déchets dont l’élimination (au sens donné par les textes législatifs) relève de la compétence des communes. (Source ADEME)
Eco-bilan
voir ACV (Analyse de Cycle de Vie)
Eco-conception
Démarche consistant à prendre en compte la protection de l’environnement dans la conception des produits (biens et services). C’est une approche multicritère (eau, air, sols, bruit, déchets, matières premières, énergie, etc.) et multi étape (elle prend en compte toutes les étapes du cycle de vie des produits : depuis l’extraction des matières premières jusqu’au traitement des produits en fin de vie). A service rendu égal, elle débouche sur la mise sur le marché de produits plus respectueux de l’environnement. (Source Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable)
Elimination
Interventions sur les déchets comportant les opérations de collecte, de transport, stockage, tri et traitement nécessaires à la récupération des éléments et matériaux réutilisables ou de l’énergie, ainsi qu’au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de tous autres produits dans des conditions propres à éviter les nuisances mentionnées à l’alinéa précédent. (Article L. 541-2 du Code de l’environnement) (Source ADEME)
Emballage
Tout objet, quelle que soit la nature des matériaux dont il est constitué, destiné à contenir et à protéger des marchandises, à permettre leur manutention et leur acheminement du producteur au consommateur ou à l’utilisateur, et à assurer leur présentation. (Source : Décret n° 98-638 du 20 juillet 1998)
Emballages Industriels et Commerciaux
Ensemble des emballages qui permettent d’assurer le conditionnement, la protection, le transport d’un produit destiné aux entreprises (industrie, commerce, services, artisanat,…)
Emballages ménagers
Ensemble des emballages qui permettent d’assurer le conditionnement, la protection, le transport et la promotion d’un produit destiné aux ménages.
Expansé
voir Polystyrène expansé (PSE)
Expansible
voir Polystyrène expansible
Expansion
Reprise de dilatation sous l’effet de la chaleur des billes préexpansées transférées à l’intérieur du moule et soumises à un nouveau flux de vapeur d’eau. Une fois l’expansion achevée, les billes de polystyrène expansé peuvent atteindre jusqu’à 50 fois le volume initial des perles de polystyrène expansible. Il est essentiel que le processus d’expansion soit parfaitement maîtrisé afin d’éviter toute rupture de paroi des cellules et maintenir ainsi au polystyrène expansé ses propriétés mécaniques et physiques.
Extrusion
Procédé de transformation d’un matériau se trouvant sous des formes diverses en un produit continu de section transversale bien définie. L’extrusion des thermoplastiques permet d’obtenir une masse plastique homogène capable de s’écouler, sous l’effet de la pression engendrée, à travers un orifice de forme adaptée au profil final souhaité. Les matières thermoplastiques extrudées peuvent se présenter sous forme de poudres, flocons, paillettes, granulés, bandes, morceaux irréguliers, pâtes plus ou moins visqueuses,ect.
Gestion
Ensemble des opérations et moyens mis en œuvre pour limiter, valoriser ou éliminer les déchets : opérations de prévention, de précollecte, de collecte, de transport et toute opération de récupération, de tri, de valorisation et de traitement, jusqu'au stockage des résidus, y compris la surveillance de ces opérations et celle des sites après leur fermeture. (Source ADEME)
Gisement
Quantité de déchets de même nature produits (ou regroupés) en un même lieu en vue de leur valorisation ultérieure.
Granulation
Technique permettant de faire des granules : la matière fondue passe au travers d’une filière qui les transforme en joncs qui sont ensuite refroidis puis coupés.
Incinération
Traitement basé sur la combustion avec excès d’air. Ce traitement se fait avec ou sans valorisation énergétique. La directive européenne sur l’incinération du 4 décembre 2000 définit « installation d’incinération » toute installation de traitement thermique, y compris l’incinération par oxydation, pyrolyse, gazéification ou traitement plasmatique. (Source ADEME)
Installation de stockage
Lieu aménagé pour le dépôt de déchets sur le sol ou leur enfouissement. Les dépôts temporaires sur le lieu de production ou de collecte des déchets et les installations où transitent des déchets en vue de leur élimination, dès lors que le temps de séjour des déchets sur ces sites est inférieur à un an, ne constituent pas des installations de stockage. Le terme 'centre d'enfouissement technique' a parfois été utilisé. (Source ADEME)
Jonc
voir Granulation
Massification
voir Regroupement
Matière première secondaire
Matériaux issus du recyclage de déchets et pouvant être utilisés en substitution totale ou partielle de matière première vierge. (Source ADEME)
Maturation (ou stabilisation)
Période pouvant varier de quelques heures à une journée pendant laquelle les billes préexpansées sont stockées en silos (volume des silos de 10 à 150 m3). Ce stockage temporaire à l’air libre (les toiles de silos étant perméables à l’air) vise à la fois à éliminer l’excédent d’eau contenue dans les billes après leur préexpansion et à ramener l’intérieur des billes à la pression atmosphérique : deux conditions nécessaires pour permettre un moulage de qualité.
Moulage
Phase ultime du processus de transformation de la matière visant à produire en moyenne et grande séries des emballages PSE de formes diverses et variées à l’aide de moules sur mesure. En pratique, les billes préexpansées sont injectées sous pression dans le moule dont elles vont prendre la forme tout en se soudant les unes aux autres, sous l’effet d’une expansion contrôlée (chauffage à la vapeur puis refroidissement à l’eau froide). Le temps de moulage est de l’ordre d’une minute.
Ordures Ménagères (OM)
voir Déchets ménagers (DM)
Pentane
Hydrocarbure saturé de la famille des alcanes, qui comprend des gaz naturels tels le propane ou le butane. Ce gaz présent à l’état liquide à l’intérieur des perles de polystyrène expansible, a été choisi comme agent d’expansion en raison d’une température d’ébullition aux environs de 35°C.
Point d’apport volontaire
Emplacement en accès libre équipé d'un ou de plusieurs contenants destiné à permettre de déposer volontairement des déchets préalablement séparés par leurs producteurs. (Source ADEME)
Point PSE
Conteneur grillagé équipé de sacs de collecte ECO PSE, implanté sur les sites des transformateurs de PSE ou en déchèterie, à la disposition des artisans et petits commerçants désireux de faire recycler leurs emballages. La centaine de Points PSE, implantés partout en France, constitue le réseau des Points PSE labellisé « Merci, dit la planète » par le Ministère de l’Environnement.
Point Vert
Logo apposé sur l’emballage d’un produit signifiant que l’entreprise qui le commercialise adhère au financement du dispositif de valorisation des emballages ménagers et est en règle avec les obligations du décret du 1er avril 1992. Les contributions versées servent à soutenir les communes dans la mise en place du tri sélectif des déchets d’emballages ménagers.
Polymérisation
Réaction chimique qui permet d’associer plusieurs molécules élémentaires, identiques ou différentes, pour former une macromolécule (ou polymère).
Polystyrène cristal
Polystyrène du type standard d’aspect transparent se présentant avant transformation sous forme de perles solides. Sa rigidité, sa sécabilité, sa transparence tout autant que sa large tenue en température (-30° à + 80° C) en font un matériau de prédilection notamment pour l’emballage alimentaire. Issu de la pétrochimie, ce polymère recyclable peut être également obtenu par extrusion d’emballages PSE à recycler. On le retrouve alors teinté en noir sous forme de boîtiers divers (CD, DVD, appareils photos jetables, cassettes vidéo/audio,…).
Polystyrène expansé (PSE)
Polymère à structure rigide à cellules fermées, facilement identifiable par sa blancheur et sa légèreté. Il est obtenu à partir de perles de polystyrène expansible selon un procédé d’expansion et de moulage par action de la chaleur inventé par BASF en 1952. Ses excellentes propriétés de protection mécanique tout autant que son pouvoir isolant thermique ou son aptitude au contact alimentaire en font un matériau de choix pour tous les emballages de protection (secteur blanc, brun, électronique grand public, automobile,… mais aussi applications agro-alimentaires - dont secteur de la marée - et industrie pharmaceutique). Sur certains emballages, on trouve un marquage – le chiffre 6 et l’abréviation PSE – qui permet de l’identifier.
Polystyrène expansible
Matière première plastique servant à produire les emballages PSE. Ce polymère se présente sous la forme de perles de polystyrène du type standard (cristal) dont la masse moléculaire moyenne est comprise entre 160 000 et 260 000 et contenant de 4 à 7% d’agent d’expansion (pentane). Dans le secteur de l’emballage, le diamètre des perles peut varier de 0,2 à 1 mm selon l’application de destination.
Préexpansion
Première opération du processus de transformation du PSE consistant à chauffer les perles de polystyrène expansible en les plongeant dans un bain de vapeur d’eau dans une cuve agitée en acier inoxydable, appelée préexpanseur. Sous le double effet du ramolissement des perles et de l’entrée en ébullition du pentane qu’elles contiennent, celles-ci vont connaître une première expansion dite préexpansion (limitée à 30 fois leur volume initial).
Prétraitement
Opération qui conduit à la modification de la composition chimique ou des caractéristiques physiques du déchet et qui nécessite un traitement complémentaire ou une mise en décharge contrôlée. Le but principal est de diriger, par le jeu de mélanges et de séparations de phases, chaque fraction du déchet vers sa destination économique optimale. (Circulaire du 30 août 1985) (Source ADEME)
Prévention
Toute action amont (notamment au niveau de la conception, de la production, de la distribution et de la consommation d'un bien) visant à réduire l'ensemble des impacts sur l'environnement et à faciliter la gestion ultérieure des déchets (notamment par la réduction des quantités de déchets produits et/ou de leur nocivité ou par l'amélioration du caractère valorisable). (Source ADEME)
Principe pollueur/payeur
Principe selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur. (Source : Code de l’Environnement – Titre 1er – Principe généraux – Article L 110-1) Selon ce principe, chaque producteur de déchets, qu’il s’agisse d’une collectivité locale ou d’un industriel, est responsable devant la loi de ses déchets et des conditions dans lesquelles ils sont collectés, transportés, éliminés ou valorisés.
Producteurs (de matières plastiques)
Intervenants de la chaîne de fabrication qui produisent la matière première plastique (dans le cas du PSE, le polystyrène expansible). Ces intervenants sont généralement des groupes chimiques et/ou pétroliers. Les matières plastiques ne sont pas directement utilisables sur le marché final. Produites sous forme de granulés, poudres, liquides…, elles doivent subir une ou plusieurs transformations pour atteindre le consommateur final.
Récupération
Opération qui consiste à collecter et/ou trier des déchets en vue d’une valorisation des biens et matières les constituant. (Source ADEME)
Recyclage (ou valorisation matière)
Opération visant à introduire les matériaux provenant de déchets dans un cycle de production en remplacement total ou partiel d'une matière première vierge. Le recyclage peut intervenir dans le même cycle de production que le produit d'origine (cas typique du verre et des métaux), ou dans un cycle différent (comme le PSE dans le cycle du PS). Cette opération implique la transformation d'un déchet en matière première, dite matière première secondaire.
Recyclage multifilière
Aptitude de l’emballage PSE à s’affranchir lors de son recyclage des frontières entre secteurs et applications, se recyclant soit sous forme expansée (PSE) soit sous forme de granules PS. A l’inverse d’autres matériaux confinés dans des schémas de recyclage en boucle fermée, l’emballage ne réintègre effectivement son application d’origine que dans 15% des cas.
Redevance Spéciale
Redevance pour l’enlèvement des déchets assimilés ne provenant pas des ménages. Les communes ou leurs groupements sont tenus d’assurer la collecte et l’élimination des déchets ménagers, ainsi que celle des déchets non ménagers qui peuvent être collectés et traités sans sujétions techniques particulières. Depuis le 1er janvier 1993, l’institution de la redevance spéciale pour les déchets non ménagers est devenue obligatoire en vertu des dispositions de la loi du 13 juillet 1992 pour les collectivités qui n’ont pas institué la redevance générale. (Source ADEME) Son institution est destinée à résoudre le problème de l’élimination des déchets assimilés à des ordures ménagères, mais produits par le commerce, l’artisanat ou d’autres activités tertiaires. (Direction Générale des collectivités locales du Ministère de l’Intérieur)
Réduction à la source (prévention par)
Processus permettant de s’assurer, pour des fonctions requises identiques, que le poids et/ou le volume d’emballages primaires et/ou secondaires et/ou tertiaires ont été minimisés tout en garantissant le maintien de l’acceptabilité par l’utilisateur, réduisant ainsi l’impact sur l’environnement. (Source Norme EN 13428)
Regroupement (ou massification)
L’optimisation du transport des déchets passe par le regroupement de petites quantités de déchets sur des sites spécialisés (en général un premier tri est effectué par famille), avec si nécessaire mélange de déchets de provenance différente mais de nature comparable ou compatible. (Source ADEME)
Styrène
Composé issu du pétrole et produit à l’échelle industrielle depuis plus de soixante ans. On le trouve également à l’état naturel dans des aliments tels que les fraises, les haricots, les noix, et des boissons (bière,vin…).
Thermoplastique
Famille de polymères (parmi lesquels le polystyrène) pouvant être ramollis par chauffage et durcis par refroidissement, et ce de manière totalement réversible. Cette propriété confère aux thermoplastiques une double aptitude à se mouler aisément par plasticité et à se recycler.
Traitement
Ensemble de procédés visant à réduire dans des conditions contrôlées le potentiel polluant initial, la quantité ou le volume de déchets. Processus physiques, thermiques, chimiques ou biologiques, y compris le tri, qui modifient les caractéristiques des déchets de manière à en réduire le volume ou le caractère dangereux, à en faciliter la manipulation ou à en favoriser les valorisations. (Directive 1999/31/CE du conseil du 26 avril 1999, concernant la mise en décharge) (Source ADEME)
Transformateurs (de matières plastiques)
Intervenants de la chaîne de fabrication qui transforment la matière première plastique en des biens de consommation semi-finis ou finis (dans le cas du PSE, des emballages). Ces intervenants sont généralement des plasturgistes. Les matières plastiques ne sont pas directement utilisables sur le marché final. Produites sous forme de granulés, poudres, liquides…, elles doivent subir une ou plusieurs transformations pour atteindre le consommateur final.
Tri à la source
Opération de séparation entre différents flux de déchets sur leurs lieux de production. (Source ADEME)
Valorisation
Terme générique recouvrant le réemploi, la réutilisation, la régénération, le recyclage, la valorisation organique ou la valorisation énergétique des déchets. (Source ADEME)
Valorisation énergétique
Utilisation d'une source d'énergie résultant du traitement des déchets. L'énergie disponible se présente, soit sous forme d'un combustible gazeux, liquide ou solide, soit sous forme de vapeur produite à partir de la chaleur contenue dans les fumées de combustion. (Source ADEME)
Valorisation matière
Voir Recyclage


   Ce glossaire, établi sur la base du vocabulaire employé sur le site www.ecopse.fr, vise à harmoniser et/ou préciser les définitions des termes clés de nos activités en privilégiant des sources officielles. Ce document ne prétend toutefois nullement à l’exhaustivité et contient des définitions susceptibles d’évoluer en fonction de l’état de la réglementation, des techniques et des connaissances.